DSC_0186.JPG

Maryam Chehih

Directrice de l'école

Je m'appelle Maryam. Je dirige l'école Polyglotterz.

Depuis toute petite, je suis attirée par les langues vivantes étrangères, sans avoir vraiment eu l'occasion de les pratiquer avant l'âge adulte. J'ai tout essayé, du professeur particulier à l'école de langue en passant par des applications. Toutes ces solutions étaient bénéfiques mais je restais sur ma faim. Il manquait une forme d'authenticité.

C'est en proposant moi-même des cours de Français Langues Etrangères que l'idée de Polyglotterz a fait son chemin. Quoi de mieux que d'aller sur le terrain pour apprendre à parler français ou anglais ?

En effet, aujourd'hui diplômée en Direction des Organisations Educatives, je suis convaincue que l'apprentissage entre pairs et les mises en situations réelles permettent d'apprendre très rapidement une nouvelle langue. Ce sont deux méthodes efficaces et trop souvent délaissées.

Cependant, partir vivre à l'étranger pour apprendre une langue ou sortir de ses obligations quotidiennes dans un pays d'accueil n'est pas si évident.

Hannah, une élève que j'ai accompagné plusieurs mois, me donnait des exemples de situations dans lesquelles elle se trouvait en difficulté avec la langue française. Par exemple, pour indiquer une direction au taxi, communiquer son opinion sur un sujet d'actualité entre collègues pendant la pause déjeuner etc.

Je lui ai donné les clés pour remédier à cela et tenté de recréer de manière artificielle les situations évoquées afin de s'entraîner. L'idée a ainsi germé : et si nous allions sur place pour mettre en pratique ces nouvelles compétences langagières ?

"Le langage est vivant, vivons-le !"

On ne le répétera jamais assez, la meilleure façon d'apprendre une langue est d'être en immersion dans le pays d'accueil où il y a une majorité de locuteurs.

Pourtant, même en passant plusieurs années à l'étranger, nombreux sont ceux qui n'ont acquis que quelques phrases courantes. Pourquoi ? Les aléas de la vie, nos occupations quotidiennes prennent le dessus sur l'apprentissage. Surtout quand les personnes qui nous entourent nous comprennent déjà. Et prendre des cours de langue en classe ou sur son smartphone n'est pas toujours très excitant…

Dans une ville cosmopolite et multiculturelle comme Genève où vivait Hannah depuis 7 ans, on peut très bien s'en sortir sans travailler la langue. Et pour cause, tous les commerçants maîtrisent l'anglais et la plupart des habitants se débrouillent avec cette langue véhiculaire universelle.

Voilà comment Hannah a passé des années sans parler un mot de français. Il est donc à la fois très pratique mais aussi fort dommage de ne pas profiter de cette occasion pour apprendre et s'enrichir au niveau culturel. Aussi, nous n'avons pas toujours les moyens et le temps nécessaires pour un séjour linguistique qui permettrait d'apprendre la langue de ses rêves.

Il est également parfois très rébarbatif de s'enfermer entre quatre murs ou d'être rivé sur un ordinateur pour apprendre à parler français, anglais, russe ou espagnol. Les ateliers Polyglotterz répondent à ce besoin d'apprendre dans le concret, de vivre la langue tout en étant coaché, d'échanger, de pratiquer pour que chaque instant de notre vie profite à nos aspirations de polyglottes.​​​​​​​​​​​​